« Jacquou » a sa rue à Nice

La rue de l'Opéra prend officiellement le nom de Jacques-Médecin, l'emblématique ancien maire de Nice. Un choix contesté par certains, mais assumé par Christian Estrosi.

Malgré une pluie battante, ils étaient nombreux à vouloir assister à l’événement. Le maire de Nice, Christian Estrosi, était accompagné de Martine, la fille de l’ancien édile, Jacques Medecin, pour découvrir la nouvelle artère qui portera le nom de son père. A leurs côtés, les fidèles de cette époque, Pierre-Paul Leonelli, ancien directeur de cabinet, Rudy Salles, mais aussi Olivier Bettati.

C’est l’ancienne rue de l’Opéra qui portera le nom dorénavant de Jacques-Médecin. Un choix logique pour Christian Estrosi «  dans la continuité de l’avenue Jean-Médecin, de l’avenue Malausséna et de l’avenue Alfred-Borriglione » que des noms d’anciens maires de Nice. « Jacques Médecin a donné à Nice des outils de la modernité formidables. Acropolis, Jean-Bouin et le parc Charles-Ehrmann, la voie Mathis, le MAMAC et le TNN, Haliotis pour n’évoquer que ceux-là. Ce sont des anticipations extraordinaires de nos besoins d’aujourd’hui…mais Jacques Médecin ce n’est pas qu’un maire bâtisseur, c’est d’abord et surtout un homme hors du commun, et c’est cet homme-là qui nous est cher, parce qu’il est comme nous. Son destin, il se l’est construit…Et puis Jacques Médecin, c’était aussi Jacquou. Jacquou, c’était une connaissance intime de chaque rue, de chaque commerce, de chaque famille et, je dirais presque de chaque Niçois« .

Polémiques autour de cet hommage
Depuis quelques jours, plusieurs voix se sont faites entendre pour contester cet hommage. Parmi elles, on retiendra celle du député LREM Cédric Roussel  » Ce choix de Christian Estrosi est une honte. Rendre hommage à un délinquant multirécidiviste aux positions racistes, combattant acharné de Simone Veil, et qui n’hésitait pas à accueillir à bras ouverts Jean-Marie Le Pen à Nice, est un scandale sans nom. Cette décision est écœurante ! » Des opposants devaient se rendre sur place pour protester contre cette décision, mais finalement ils se sont retrouvés le lendemain à cause des intempéries du weekend. Ils ont, symboliquement, rebaptisés la rue « Punta Del Este  » lieu ou s’était exilé Jacques Médecin en Uruguay suite à ses problèmes judiciaires. 

Une contestation que le maire actuel a du mal à comprendre : «  Pourquoi tant de haine ? Pourquoi ne peut-on pas laisser Jacques Médecin reposer en paix ? Parce que Jacques Médecin refusait le politiquement correct qui aujourd’hui nous étouffe. Parce que Jacques Médecin, il était comme nous, les Niçois, il était libre et il voulait que Nice demeure libre de toute tutelle, celle de la bien-pensance, celle de Paris, celle des partis…Je m’étonne qu’on puisse contester la légitimité d’un homme élu cinq fois maire de Nice, librement pour ne rien dire de ses autres mandats de conseillers général et de député « . Très ému, celui qui était souvent décrit comme un « bébé Médecin » a conclu sous les applaudissements de l’audience  » pour tous ceux qui l’ont aimé, Nice est heureuse d’offrir ce matin, à Jacques Médecin ce qu’elle lui doit!« .

Andy Calascione