POLITIQUE : La Trinité : Ladislas Polski enfin maire…

Enfant de La Trinité, Ladislas Polski, Chevènementiste de la première heure, a toujours œuvré pour sa cité mais depuis toujours, dans l'opposition. Ce jeudi 28 mai, il est devenu 1er magistrat de La Trinité.

C’est sous le chapiteau situé proche du centre commercial, là où une salle de spectacle aurait dû être bâtie depuis des lustres, que le nouveau conseil municipal de La Trinité s’est réuni pour respecter « la distanciation sociale » …due à l’épidémie du Covid 19.

La priorité des priorités : « La salle de spectacle »

C’est le doyen, Jacques Bisch, qui a présidé les débats non sans émotion jusqu’au vote pour le maire, Ladislas Polski, à qui il n’a pas manqué une voix de sa majorité, 27, contre 2 au candidat RN, Philippe Carlin, qui s’était présenté. Les 4 autres voix de l’opposition, soit les élus de la liste d’Isabelle Martello, se sont signalés par 3 votes Nuls et 1 Blanc signé Gilbert Kriek, le pseudo du benjamin de l’assemblée, élu sur la liste de Ladislas Polski à savoir Fabien Bonnafoux. Ce dernier était scrutateur de ce jour comme le veut la tradition aux côtés de deux élus de l’opposition, Virginie Escalier et…Isabelle Martello qui a dû égrainer 27 fois le nom de son adversaire, Polski. Dans son premier discours, le maire s’est voulu rassembleur, humaniste et universel, n’oubliant personne dans la liste des remerciements, de sa famille au personnel municipal en passant par les soignants si mobilisés en cette période de pandémie qui a retardé de trois mois la tenue de ce 1er conseil municipal. Ladislas Polski a même tendu la main à ses opposants, les sommant de participer à la vie de la commune. Il a tout de même listé quelques priorités : la salle de spectacle tant attendue, l’arrivée du Tram, le soutien aux commerces de proximité, à la vie associative, aux entreprises, aux festivités. Il a promis la mise en place d’un conseil consultatif de la commune pour associer les habitants à la gestion de la cité. Cette belle osmose a éclaté en plein vol lorsque son opposante, Isabelle Martello, après avoir insisté sur la vigilance dont elle et ses trois autres colistiers feront preuve, a martelé qu’elle ne tolérerait aucun « procès d’intention sur le dernier mandat de Jean-Paul Dalmasso », le précédent maire dont elle était la 1ère adjointe. Elle a conclu son propos en affirmant : « il vous faudra assumer chaque jour la légitimité de cette élection où vous avez été si mal élu ». De son côté, Philippe Carlin (RN), a surenchéri : « Les faits sont têtus, la participation et à peine de 50 %, vous avez été élu par 30 % du corps électoral, une base bien fragile ». Lui aussi a appelé à la vigilance.

Première joute Isabelle Martello/Ladislas Polski

Ladislas Polski ne pouvait pas rester coi après ces critiques.  « La participation à La Trinité a été supérieure que la moyenne départementale ». Mais immédiatement, il balaie tout le reste : « Je note que vous vous placez dans une opposition constructive, nous respecterons tout le monde ». Puis, il était temps de passer à l’élection des 9 adjoints (1) et de leurs délégations. Si le vote a été sans surprise, 27 voix de majorité pour 6 abstentions de l’opposition, Isabelle Martello en a profité pour lancer une pique contre le maire sortant : « Je note que vous avez donné des délégations à un conseiller municipal qui est sous le coup d’une plainte pour avoir piraté des données personnelles à des fins douteuses de satire politique, j’ai un peu honte pour les autres colistiers assis à côté de lui ». Ces propos ciblaient donc Fabien Bonnafoux alias Gilbert Krief. Dès lors, plus question d’être gentil. Ladislas Polski se souvient qu’en 2014, « l’un de vos colistiers m’avait promis la misère pendant 6 ans sans que cela à l’époque ne vous émeuve. Face au résultat de ces élections municipales et au désaveu qui a été le vôtre, vous devriez faire preuve de plus de modestie. En 2014, vous m’avez battu de 170 voix, moins de 3 %, contre 1267 en 2020 soit 36 points d’écart ! » (2). Et de conclure : « Vous n’avez plus la parole, vous devriez vous imprégner de la charte de l’élu local que l’on vient de vous lire ». Les 6 ans à venir s’annoncent d’ores et déjà sous de bons auspices…contradictoires.

Pascal Gaymard

(1) Les 9 adjoints : Rosalie Nicoletti-Dupuy, Didier David, Emmanuelle Fernandez-Baravex, Stéphane Poulet, Isabelle Depagneux-Segaud, Jean-Paul Genieys, Chantal Carrié, Alain Brunetti, Marie-Pierre Parini.

(2) Résultats de 2020 : Ladislas Polski : 59,56 %, Isabelle Martello : 23,50 %, Philippe Carlin : 16,93 %.