Le Festival comme si vous y étiez… Mercredi 25 Mai : ELVIS for ever… et le 75e toujours…

Par Pascal Gaymard et Marie Bourdel. Photos : Dominique Maurel.

0

C’était un anniversaire, 75 ans, ça se fête ! Et comme toujours, il y avait du beau monde sur le tapis rouge des légendaires Marches. La photo de « famille » avait de la gueule avec de nombreux lauréats et stars incontournables comme les belles, Sophie Marceau, Isabelle Huppert, Isabelle Adjani, Diane Kruger, Berénice Bejo, Louise Bourguoin, Julie Gayet, Mélanie Laurent, Emmanuelle Béart, Elodie Bouchez, Elsa Zylberstein, Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux, Noémie Merlant, Anne Parillaud, Amira Casar, Kristen Stewart, Anouk Grinberg… Les réalisateurs, Costa Gavras, Claude Lelouch, Jacques Audiard, Michel Hazanavicius, Paolo Sorrentino, Guillermo Del Toro, les Frères Dardenne, Wim Wenders, Nicolas Winding Refn, Abel Ferrara, Mathieu Kassovitz, Louis Garrel… mais aussi les comédiens, Jean Dujardin, Mads Mikkelsen, Viggo Mortensen, Niels Schneider, Roschdy Zem, Jake Gyllenhaal…

Si c’était la fête sur les Marches, dans les salles, l’ambiance n’était pas la même. Le dernier film de Claire Denis, STARS AT NOON qui se passe au Nicaragua n’a pas convaincu le public cannois, ni les critiques. L’histoire d’amour entre Taron Egerton (qui a remplacé Robert Pattinson, le tournage ayant été retardé pour cause de covid) et Margaret Qualley (la fille d’Andie MacDowell) ne convainc pas car trop superficielle et trop décalée dans un pays improbable qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire.

Plus intéressant, LEILA ET SES FRÈRES de l’iranien, Saeed Roustayi (LA LOI DE TEHERAN) est bien plus intéressant mais les 2h40 pourrait être un frein à sa projection en salles. Car le film reste long même si les rebondissements sont nombreux. L’Iran reste un pays complexe avec une violence dans les mots comme dans les actes qui ne correspondent pas a priori avec leurs idéaux religieux… Leila est le pilier de cette famille et doit diriger ses 4 frères ainsi que ses parents, alors que chacun à des aspirations bien différentes et particulièrement égocentriques. L’iranienne, Taraneh Alidoosti, se pose en concurrente directe de la russe de LA FEMME DE TCHAÏKOVSKI, Alyona Mikhaïlova, pour le Prix d’Interprétation de la Meilleure Actrice.

Pour rester dans le ton de la Fête, il fallait être sur les Marches à la séance de 19h qui a commencé avec bien du retard, l’entrée du réalisateur, Baz Luhrmann (MOULIN ROUGE, STRICKLY BALLROOM, GATSBY LE MAGNIFIQUE, ROMEO + JULIETTE) aux côtés de ses interprètes, Austin Butler, Olivia de Jonge, et Tom Hanks dans le rôle du très controversé Colonel Parker. Il s’agit bien sûr d’ELVIS qui a fait danser la Croisette. Dommage que le film soit présenté Hors Compétition comme l’ont été MOONAGE DAYDREAM consacré à David Bowie et TROUBLE IN MIND dédié à Jerry Lee Lewis et réalisé par Ethan Coen. Tous sont des œuvres remarquables et l’ELVIS de Baz Luhrmann aura eu le mérite de remettre le King au cœur de la musique US et mondiale. Un grand bravo au casting prestigieux et si talentueux avec un mention spéciale à Austin Butler, le nouvel Elvis… du cinéma.

Retrouvez les photos de Dominique Maurel sur son site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de poster votre commentaire
Merci d'entrer votre nom içi