Ce lundi devait être un jour charnière avec la programmation, en même temps, de deux films qui sur le papier pouvaient être les favoris pour la Palme d’Or de cette 75e édition du Festival de Cannes.

Tout d’abord, Park Chan Wook avec son DECISION TO LEAVE. Une femme fatale mystifie un policier insomniaque. Ce drame psychologique toujours vénéneux chez le réalisateur Sud-Coréen. Habitué à l’excellence avec OLD BOY, Grand Prix du Jury en 2003, et MADEMOISELLE en 2016, le festivalier se retrouve forcément un peu déçu après ce thriller, certes bien ficelé, mais qui reste bien trop sage au vu de ses précédentes réalisations .D’autant que cela faisait 6 ans que le metteur en scène préféré de Tarantino n’avait plus fait de films…

Il en est de même pour David Cronenberg. La déception est grande car le synopsis du film laissait à penser que LES CRIMES DU FUTUR seraient comme un lointain clin d’œil à SCANNERS. Toujours en avance sur son temps, il nous parle dans ce film d’organes qui peuvent se régénérer, de l’espèce humaine et de son devenir, bref d’eugénisme en vue de l’impossible quête d’éternité à laquelle aspire une grande partie de l’humanité. Le couple Viggo Mortensen/Léa Seydoux reste bien trop froid et distant pour espérer une quelconque empathie. Certes, la mise en scène et les images parfois sublimes sont bien là, c’est quand même David Cronenberg derrière la caméra et il prouve à 79 ans passé, qu’il reste l’un des plus grands réalisateurs de la planète mais le tout reste de glace…

La bonne nouvelle du jour est venu d’une Séance Spéciale de minuit avec MOONAGE DAYDREAM de Brett Morgen. Cet hommage à David Bowie est tout simplement fascinant. Nous découvrons un chanteur britannique passionné de Nietzsche, épris d’ésotérisme avec une relation particulière à l’Inde, constamment en recherche d’expériences pour accéder à toujours plus de connaissances en se frottant un temps au cinéma à Cannes avec FURYO et LES PRÉDATEURS… Un chanteur qui a appris que le temps sacré était le temps présent et qu’il faut vivre passionnément l’ici et maintenant… Un chanteur qui sait aussi se remettre en question musicalement parlant, qui de Ashes to Ashes à Let’s Dance a signé quelques-uns des plus grands tubes de la planète… Un chanteur psychédélique qui adore les couleurs flashy. Enfin, un chanteur qui semblent si proches de tous ceux qui transgressent comme Freddy Mercury de Queen ou encore Salvador Dali… Un Grand.

Retrouvez les photos de Dominique Maurel sur son site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de poster votre commentaire
Merci d'entrer votre nom içi