HOMMAGE : Ian Holm : L’adieu de Bilbo

Il restera célèbre pour son rôle de Bilbo dans « Le Seigneur des Anneaux », Ian Holm, comédien britannique, est défini par ses metteurs en scène comme attachant, professionnel et charismatique.

Sa filmographie plaide pour lui avec des films mythiques qui sont entrés dans l’Histoire du 7e Art.

Du théâtre à Alien…

À 88 ans, atteint de la maladie de Parkinson depuis des années, il a choisi de tirer sa révérence après avoir joué dans « Alien », « Les Chariots de feu » ou « Le Cinquième Élément ». Lui, si discret, était l’un des acteurs les plus demandés. Sa carrière, il l’avait débuté sur les planches, au théâtre, après avoir fait ses preuves à l’Académie royale d’art dramatique de Londres en 1949 puis avec la Royal Shakespeare Company. Mais c’est au cinéma qu’il se fera un nom. Il sera Ash, l’androïde d’Alien, le huitième passager (1979), de Ridley Scott, puis Sam Mussabini, le coach de deux coureurs britanniques en compétition pour les Jeux olympiques de 1924, dans Les Chariots de Feu (1981), de Hugh Hudson. Ce rôle lui vaudra le prix du meilleur second rôle masculin au Festival de Cannes ainsi qu’une nomination aux Oscars.

Son ami Peter Jackson…

Pourtant, c’est pour son rôle de Bilbo qu’il est entré dans la légende dans Le Seigneur des Anneaux. Puis, il a enchaîné avec Le Hobbit. Il ne voulait pas tourner cette trilogie et il ne l’a faite que pour son ami, Peter Jackson. Les symptômes de sa maladie étaient bien réels déjà. Son réalisateur fétiche a dit de lui : « Je savais qu’il le faisait uniquement pour me rendre service. Je lui ai pris les mains et je l’ai remercié. J’avais les larmes aux yeux […] Ce que j’ai vu sur le plateau était un merveilleux acteur offrant sa dernière prestation. C’était incroyablement courageux de sa part, et très émouvant pour ceux qui étaient présents ce jour-là. Nous serons toujours reconnaissants envers Ian d’avoir accepté de faire cela ». Et de conclure : « Ian était un homme tellement charmant et généreux. Discret, mais effronté, avec une charmante lueur dans les yeux… Au revoir, cher Bilbo… Bon voyage, mon cher Ian ». Enfin, son agent, Alex Irwin, a évoqué sa fin ainsi : « Il est mort paisiblement à l’hôpital, aux côtés de ses proches. Il était charmant, adorable, férocement talentueux. Il nous manquera beaucoup ». Un géant.

Pascal Gaymard