CULTURE : Mort de l’humoriste Guy Bedos

Frappée par la maladie d’Alzheimer, l’artiste Guy Bedos s’est éteint le jeudi 28 mai 2020 à l’âge de 85 ans. C’est son fils, Nicolas, qui a annoncé la douloureuse nouvelle.

C’était sur scène qu’il sentait le plus heureux, lorsqu’il écoutait son fidèle public rire de ses moqueries, souvent politiques. Sa dernière sur les planches, il l’avait vécue le 23 décembre 2013 à l’Olympia avec son ultime spectacle « La der des der ». Cette soirée marquait le point final de quarante ans de carrière, souvent seul mais aussi en duo comme avec Sophie Daumier, qu’il épousera. En 1990, le père de Nicolas et Mélanie avait reçu le Molière du meilleur « one-man show ». Guy Bedos n’était pas qu’un humoriste mais un artiste complet, présent au théâtre, au cinéma dans de nombreux films comme les cultissimes « Un Eléphant, ça trompe énormément », « Nous irons tous au paradis ».

Un artiste engagé

Né en 1934 à Alger, Guy Bedos n’avait pas connu une enfance épanouie, marquée par la violence de son beau-père. Il avait rejoint la France au début des années 50. C’est là qu’il fait la rencontre de plusieurs artistes comme Belmondo, Marielle. Il développe très vite une conscience politique, qui ne le quittera plus. Il sera toujours catalogué comme un artiste de gauche, particulièrement engagé dans les combats antiractistes.

Il sera enterré dans le cimetière de Lumio, en Corse.