CINEMA : L’année de J’ACCUSE et de Jean Dujardin… comme de Noémie Merlant

Le suspense n’était pas trop intense ni étonnant puisque J’ACCUSE du génial Roman Polanski est un film quasi parfait qui redonne ses lettres de noblesse au Lieutenant Picquart campé magnifiquement par Jean Dujardin qui a été celui qui a innocenté le Capitaine Alfred Dreyfus.

D’après l’intéressé lui-même, Roman Polanski lui a fait prendre conscience de son métier d’acteur, il a fait passer un palier à Jean Dujardin qui, depuis déjà quelques films, s’affirme comme l’un des meilleurs acteurs de France. Il a brillé cette année dans J’ACCUSE avec Louis Garrel, Emmanuelle Seigner, Grégory Gadebois et quelques autres…, mais aussi dans LE DAIM d’un autre très talentueux, Quentin Dupieux, aux côtés d’Adèle Haenel.

Hommes et Femmes dans le vent de l’Histoire…
Juste derrière, le dernier Pedro Almodovar s’impose de lui-même. Jamais le Maître Espagnol ne s’était autant livré dans un film qui paraît du coup presque impudique. Il se livre à une double analyse de son métier mais aussi de sa relation avec son acteur fétiche, Antonio Banderas, qui dans DOULEUR & GLOIRE joue le rôle de Pedro Almodovar… Exceptionnelle démonstration cinématographique qui aurait dû lui valoir une Palme d’Or lors du dernier Festival de Cannes avec une mention spéciale pour Antonio Banderas (comme pour La Vie d’Adèle). Restons au Festival avec un autre des grands oubliés du palmarès, LE TRAÎTRE de l’Italien, Marco Bellocchio, qui aurait pu valoir à Pierfrancesco Favino, un prix du meilleur acteur pour son interprétation magistrale du personnage de Tommaso Buscetta. Personne ne verra plus la mafia de la même manière après ce film quasi documentaire. Sur un tout autre registre mais toujours dans la sauvagerie extrême, PAPICHA de la Franco-Algérienne, Mounia Meddour, relate le parcours d’une jeune étudiante qui se rêve styliste jouée brillamment par Lyna Khoudri dans l’Alger des années 90 en prise avec la fièvre malsaine de l’intégrisme islamiste. Là encore, le spectateur sort bouleversé par ce portrait de femme en proie à la folie religieuse des hommes. Remontons encore un peu dans le temps début du XXème siècle, pour découvrir les amours de Marie de Hérédia jouée par la sublime Noémie Merlant, avec l’érotomane et poète, Pierre Louÿs interprété par Niels Schneider dans CURIOSA, notre authentique coup de passion de l’année 2019. L’érotisme du film de Lou Jeunet est électrique, passionnel, contagieux.

La Passion dans tous les genres…
Avec Costa Gavras, c’est l’histoire récente de la Grèce et de sa saignée par l’Europe de Merkel qui est en question dans ADULTS IN THE ROOM, un chef-d’œuvre absolu qui là encore, ne vous fera plus voir l’Union Européenne et ses représentants de la même manière… EDMOND, quant à lui, présente le processus créatif d’un grand auteur, Edmond Rostand, à qui l’on doit notamment le personnage de Cyrano de Bergerac. Le film d’Alexis Michalik révèle un Thomas Solivérès solaire dans ce rôle qui pourrait lui valoir un César du meilleur acteur en février prochain. Quelques valeurs sûres du début 2019, GREEN BOOK SUR LES ROUTES DU SUD de Peter Farrelly avec Viggo Mortensen ou encore LA MULE de, et avec Clint Eastwood, deux films qui resteront dans l’Histoire du 7ème Art. Céline Sciamma n’est pas revenue bredouille de Cannes (Prix du Meilleur Scénario) mais c’est pour ses interprètes, Noémie Merlant et Adèle Haenel, qu’elle voulait voir primer, qu’elle a réalisé un film éblouissant, PORTRAIT D’UNE JEUNE FEMME EN FEU, un oubli comblé aux César ? La transition avec COLETTE PORTRAIT D’UNE JEUNE FEMME MODERNE de Wash Westmoreland avec Keira Knightley tombe sous le sens, comme si tous ces personnages participaient à l’émancipation des femmes. Le JOKER de Todd Philipps fait de ce vilain, une victime de la société en mode Gilet Jaune… Joaquin Phoenix ne devrait pas revenir bredouille de la prochaine cérémonie des Oscars.

Des scénarios historiques ou de fiction pour de grands films…
Dans VICE, Adam McKay décrit le portrait édifiant de Dick Cheney joué par un Christian Bale inspiré. Caroline Fourest, de son côté, avec SŒURS D’ARMES rend hommage à toutes les combattantes Kurdes et Yézidis qui ont livré bataille contre daesh. Avec Camilia Jordana, et Amira Casar entre autres… THE FAVORITE de Yorgos Lanthimos avec Olivia Colman, Rachel Weisz, Emma Stone…, est un film couvert de prix tous mérités. GLORIA MUNDI est le dernier grand film de Robert Guediguian qui n’avait pas été aussi inspiré depuis Marius & Jeanette, film qui a valu à Ariane Ascaride, un prix d’interprétation féminine à la dernière Mostra de Venise. SEULES LES BÊTES de Dominik Moll avec Laure Calamy, et Denis Menochet livre un scénario à tiroirs raconté par tous les protagonistes les uns après les autres. Le puzzle reconstitué finalement est remarquable. Il en est de même dans LES SIFFLEURS où le Roumain, Corneliu Porumboiou, a fait sensation lors du dernier Festival de Cannes. UN MONDE PLUS GRAND fait de Cécile De France, une initiée au chamanisme Mongol… Enfin, MON CHIEN STUPIDE de, et avec Yvan Attal, mais aussi Charlotte Gainsbourg, revient sur la crise de la cinquantaine qui se veut une formidable déclaration d’amour à une femme… Une très belle année 2019 qui nous a valu des arbitrages particulièrement difficiles.

Pascal Gaymard