FOOTBALL – Nice 0 – 0 Reims : Une tristesse infinie…

Au terme d’un match terne à souhait, Nice et Reims se sont séparés sur un match nul, 0 à 0… comme au match aller…

0

Difficile de faire le résumé d’un non-match où il ne s’est quasiment rien passé… Après les bonnes prestations du Gym contre Marseille puis à Nantes avec deux victoires à la clé, nous nous étions pris à rêver que ces Niçois pouvaient ambitionner de rattraper les équipes jouant l’Europe et peut être s’emparer de la 6ème place, a priori qualificative.

Saliba impérial, Todibo du sérieux, Benitez précieux

Pourtant, tous les voyants étaient au vert. Kasper Dolberg revenait en forme, Morgan Schneiderlin avait purgé son match de suspension, Kephren Thuram s’affirmait, Amine Gouiri enchaîne les prestations superbes, et la défense avec Saliba/Todibo/Benitez donnait des gages d’une solidité remarquable. Les adjectifs manquent pour ces trois-là : impérial, sérieux, précieux ? Alors, que s’est-il passé ? Reims est une équipe avec un bloc compact difficile à déborder autour de l’axe Faes/Abdelhamid, les Niçois le savaient, Claude Maurice en tête, lui qui avait les atouts pour déstabiliser ce type de schéma défensif. Il a essayé en décalant Gouiri à la 17e pour tir qui est passé à côté. Jusqu’à la fin, il aura fait illusion avec ses crochets déstabilisants… À la 80ème minute, Lees-Melou du plat du pied aurait pu tromper le gardien rémois, Rajkovic. Le reste du temps ? Peu de mouvements, un redoublement de passes, la possession pour Nice mais sans danger pour les Rémois.

Le pénalty non sifflé sur Myziane…

Les autres faits du match ont été la sortie à la mi-temps, des deux meilleurs buteurs des deux équipes : Gouiri pour Nice et Dia pour Reims. Pépins musculaires a priori. Mais la grande « affaire » de ce match si triste et si pauvre, aura été la faute de Munesti sur Myziane (qui avait remplacé Gouiri). Tout le monde a vu pénalty, sauf l’arbitre mais aussi les trois témoins de la VAR. À croire que la vidéo ne sert donc à rien ! Quatre paires d’yeux pour un pénalty évident, comme l’a reconnu Adrian Ursea, l’entraîneur : « C’est du Pénalty à 100 % ». Il est vrai que cette action aurait pu changer le cours du match et que les équipes auraient enfin décidé de jouer au foot. Bob et Jim Ratcliffe, les propriétaires du Gym n’ont pas choisi leur meilleur match. Ils doivent comprendre l’ampleur du chantier qui s’offre à eux pour le mercato estival. En attendant, sans doute, qu’ils auront à cœur de faire signer les meilleurs Niçois, Todibo et Saliba. Ce dernier a été la tour imprenable de la défense niçoise, même s’il aurait pu marquer contre son camp sur un dégagement audacieux… quelque peu manqué…

18 points à prendre… en attendant Galtier ?

À la veille de ce match, les rumeurs de l’arrivée d’un nouvel entraîneur avec le nom de Christophe Galtier avaient eu le don d’agacer en interne. Adrian Ursea sait bien que son bail ne court que jusqu’au 23 mai. Il a déclaré que cela ne le dérangeait pas « mais ça l’est surtout pour mon collègue, pour ce club qui est en train de jouer le titre… C’est un vrai manque de respect vis-à-vis de Christophe Galtier ». L’intéressé a démenti tout contact avec Nice. Au sein du club, tout le monde connaît les liens d’amitié entre Julien Fournier et Christophe Galtier. Mais ce n’est pas l’heure encore de telles spéculations. Il reste 6 journées de championnat soit 18 points à prendre. Nice va devoir aller à Dijon le 18 avril, recevoir Montpellier le 25 avril, aller à Lille, le weekend du 1er/2 mai, recevoir Brest le weekend du 8/9 mai, recevoir Strasbourg, le weekend du 15/16 mai, et enfin, se rendre à Lyon, le weekend du 22/23 mai pour conclure. Avec 43 points, Nice est à 6 points de Marseille qui reste 6e après son match nul contre Montpellier.

Pascal Gaymard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de poster votre commentaire
Merci d'entrer votre nom içi