FOOTBALL – Nice 0-0 Brest : Bien terne…

Il s’agissait pour les deux premiers du championnat, de savoir qui était le plus fort et qui serait le leader encore à la fin de cette journée.

0

Certes, il y a eu l’histoire d’Alexis Beka, qui en partance vers le centre d’entraînement de Nice, s’arrête sur le pont Magnan de l’A8 et menace de se jeter dans le vide… Les motifs de son geste ? Un mal de vivre évident personnel mais aussi professionnel n’étant pas une priorité du nouvel entraîneur dans le Onze de départ…

Fête maxi

Mais pour autant, un match est un match et il faut le jouer. C’était tout de même les 10 ans de l’Allianz Riviera avec 1500 enfants qui ont formé un 10 humain au centre de la pelouse, la retransmission du 1er match (Nice-Valenciennes en 2013) du Gym à l’Allianz Riviera avec ses 4 buteurs et en présence des Anciens de l’époque : Abriel, Bosetti, Digard, Genevois, Pied, les hommages à nos cers disparus supporters comme anciens Rouge & Noir comme le président André Boïs qui a gagné la Coupe de France en 1991, dernier trophée du Gym, ou encore Dominique Colonna, le Gardien emblématique de l’OGC Nice dans les années 50 (1955-1957). Et les incontournables, Nissa la Bella et l’Aigle Méfi mais surtout, un stade à guichets fermés de 32 000 spectateurs. Tout était réussit pour le succès du Gym qui prendrait la tête du championnat. Oui mais… Si les Aiglons ont dominé des Brestois bien timides, ils n’ont pas marqué.

Boga danger

En 1ère période, Boga (qui a remplacé Diop blessé) a tout essayé, il était partout lorsqu’enfin ses partenaires daignait lui transmettre la balle. C’est lui qui a déclenché les hostilités Niçoises à la 18’ avec cette reprise de volée qui est venue se fracasser sur la barre transversale. La plus belle occasion du match. Laborde a bien repris dans la foulée mais le gardien Breton, Bizot, était là. A son propos, en fin de match, ses dégagements d’une lenteur calculée auraient dû lui valoir un carton jaune ce qui aurait ralenti son anti-jeu. Dans les minutes qui ont suivi, on a vu une tête contrée de Laborde, une passe de Boga pour Thuram dont le tir passe à côté, une frappe de Boga encore à côté du cadre. Côté Brestois, il faut noter le bon tir de Le Douaron qui a terminé sur le poteau du gardien Niçois et c’est tout. Voilà pour la 1ère mi-temps.

Super Bard

En 2ème période, Brest est revenu avec de meilleures intentions et a essayé de presser des Niçois en se heurtant à la meilleure défense du championnat où Todibo/Dante a encore brillé. Atal n’a eu à mettre à son crédit que la passe pour Boga et sa reprise de volée. Lotomba qui l’a remplacé a été très discret. Reste Bard… L’an passé, il n’avait pas convaincu loin s’en faut ce qui a poussé les dirigeants à prendre Perraud pour le suppléer. Cela a dû le galvaniser. Depuis la reprise de la saison, il enchaîne les perfs XXL et celle face à Brest entre dans ce cas de figure. Il a été partout, se battant comme un beau diable. Il aurait dû partir au but tant il semblait tout feu tout flamme… Après, cela a été une affaire de coup franc, celui de Thuram à la 62’ puis un autre de Lala de Brest qui a poussé Bulka, très rassurant, à se détendre. Cela s’est terminé par un tir de Doumbia (80’) bien stoppé par Bulka, côté breton et d’une reprise acrobatique de Thuram (83’) qui a frôlé le poteau. Au final, un partage des points logique.

Pascal Gaymard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de poster votre commentaire
Merci d'entrer votre nom içi